Thales Alenia Space : l'espace s'ouvre à la fabrication 3D en série

Après avoir introduit la fabrication additive 3D dès 2015 avec les supports d'antennes pour le satellite Monacosat,
le constructeur cannois passe aujourd'hui la vitesse supérieure en validant la plus grande machine d’impression de fabrication additive lit de poudre d’Europe et en prenant le virage de la série sur les nouvelles plateformes entièrement électriques Spacebus Neo. L'industrie du futur en marche.

Thales Alenia Space à Cannes avait déjà initié dans ses salles blanches la fabrication additive 3D. Cela fait partie de ses avancées dans l'industrie du futur. Ainsi la fabrication 3D avait déjà été utilisée sur les supports d’antenne de ses satellites avec en premier lieu Turkmenalem Monacosat (TKM) lancé en 2015, puis sur la constellation Iridium® NEXT qui dispose de supports tubings en polymère, ainsi que sur les satellites de télécommunication Koreasat 5A et 7 qui ont embarqué les plus grandes pièces jamais fabriquées en Europe dans cette période. Avec succès. (Photo DR : des supports de roues pour l'espace fabriqué en impression 3D).

Le virage de la série est pris avec Spacebus Neo

Mais aujourd'hui, le constructeur cannois passe à la vitesse supérieure. La fabrication additive poursuit ainsi sa course et prend le virage de la série sur la gamme de satellites de télécommunication basée sur les nouvelles plateformes entièrement électriques Spacebus Neo. Les plateformes Spacebus Neo embarquent chacune désormais 4 supports de roue à inertie en aluminium et 16 ferrures ADPM (Antenna Deployment and Pointing Mechanisms), soit 4 ferrures en aluminium et 12 en titane.

(...)

Lire la suite

Informations

Rédacteur
Elodie FERAUD
Chargée de promotion et développement du secteur Industrie

Date de publication
le 05/04/19 à 11:21