[PORTRAIT] Chloé Letitre, la bonne fée des chantiers

La dirigeante de Connectica Sécurité s'est spécialisée dans le gardiennage humain à distance des chantiers et autres installations sensibles. Grâce à son approche innovante, elle s'attaque désormais au marché français.

Née au sein d'une famille d'entrepreneurs, Chloé Letitre n'a pas hésité longtemps avant de marcher sur les traces de ses parents. A 19 ans, elle décide de suivre un BTS à distance afin de mieux s'immerger dans le monde du travail. "J'étais persuadée que la meilleure expérience qu'on puisse acquérir, c'est celle du terrain" explique-t-elle. Diplôme en poche, la Cagnoise d'origine enchaîne quelques boulots et affine ses aptitudes commerciales avant de fonder en 2010 son entreprise.

 

Classé confidentiel

Avec Connectica Sécurité, elle s'inscrit dans le sérail paternel -son père dirige aussi une entreprise de sécurité-, le côté disruptif en plus. "J'ai voulu casser les codes classiques du secteur en proposant un service aussi efficace qu'un agent de sécurité, mais à un coût beaucoup moins élevé." Ce qu'elle baptise le gardiennage humain à distance. L'Azuréenne saisit l'opportunité offerte par les nouvelles technologies. Après deux ans de R&D réalisée en interne, elle lance la Connectica Box, un système de gardiennage vidéo tout intégré. A l'autre au bout de la caméra, dans un PC sécurité, un opérateur veille au grain et, en cas d'intrusion, adresse une interpellation audio "efficace dans 98% des cas". Ce procédé novateur permet à l'entreprise de s'imposer rapidement comme le numéro 1 de la surveillance de chantiers dans les Alpes-Maritimes et le Var (la ligne 2 du tram' à Nice, c'est eux). "On a lancé le bon produit au bon moment sur le bon marché" résume Chloé Letitre, dont les caméras intelligentes conçues et fabriquées dans l'atelier de Villeneuve-Loubet sont aussi utilisées par les banques, l'industrie, les ports de plaisance, les syndics de copropriétés, le ministère de l'Intérieur et même la logistique nucléaire. La dirigeante refuse toutefois de donner force détails ou la liste de ses clients dans laquelle figurent quelques grands groupes. "Il y a beaucoup de confidentialité autour de notre métier" glisse-t-elle. A mi-chemin entre industrie, startup et service B2B, Connectica dénote dans le paysage des PME locales. L'efficacité de ses dispositifs lui vaut en tout cas une croissance à deux chiffres et des jalons posés dans les Bouches-du-Rhône, en attendant la France entière.

Une femme parmi les hommes

Quand on l'interroge sur sa réussite au sein d'un secteur très masculin, la dirigeante semble presque surprise : "je n'ai jamais vraiment été confrontée au sexisme. Il y a même certaines facilités à être une femme qui travaille au milieu des hommes.
(...)

Lire la suite sur Tribune Bulletin Côte d'Azur

Informations

Rédacteur
Elodie FERAUD
Chargée de promotion et développement du secteur Industrie

Date de publication
le 05/04/19 à 11:17